top of page

Journal du projet STS 2 - Sexe et stress traumatique secondaire

Girl and Boy

Lorsque nous faisons face à des événements traumatisants ou stressants, qu'est-ce qui réagit en nous ? Dans quelle mesure le genre joue-t-il un rôle dans notre gestion de tels événements ?


Deuxième réunion du stress traumatique secondaire Projet de résilience du bâtiment – Sexe partie I– 14 et 21 mars – les deux cohortes participantes


Le premier des deux modules Genre a amené tout le monde dans l'exploration des situations d'arrêt et de ce qui est à l'origine du changement qui provoque une percée, permettant la poursuite. Les discussions chaleureuses, ouvertes, franches et animées ont été énergisantes, inspirantes et fascinantes.

Bien que bon nombre des défis liés aux traumatismes auxquels sont confrontés les hommes et les femmes soient les mêmes, il existe des différences importantes et statistiquement significatives dont il est utile d'être conscient lorsque l'on aide d'autres personnes en situation d'arrêt ». La situation d'arrêt est le terme utilisé pour décrire l'état de vie enfermé, coincé dans une impasse, incapable de passer à autre chose, de prospérer ou de poursuivre ce qui est important, apparemment incapable de dépasser l'écluse. En plus de nous limiter dans notre situation, ils peuvent restreindre notre façon de fonctionner mentalement et émotionnellement.

Woman comforting a younger woman

Arrêtez les situations - lorsque nous sommes incapables d'aller au-delà de la douleur, que nous nous sentons impuissants, incapables de pardonner, nous-mêmes ou à un autre, incapables de faire face à un autre jour ou de recommencer nos vies. Quatre groupes de situations d'arrêt ont été explorés : les événements qui changent la vie - qui sont hors du contrôle de la personne ; les cages de genre - les rôles, les attentes, les exigences et les opportunités de genre socialement prescrits ; le jugement sociétal - les opinions d'autres personnes sur nous, apparaissant souvent comme des stéréotypes basés sur notre apparence, notre origine ethnique, nos croyances, etc. ; Nos propres prisons - comment nous intériorisons ensuite ces messages sur ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire - "l'histoire que nous nous racontons, qui est souvent la plus préjudiciable de toutes. Tout à fait révélateur en voyant tout exposé devant nous. Au fur et à mesure que nous partagions des histoires de notre travail et de notre vie personnelle, il est devenu clair que nous avions tous, à un moment donné, été confrontés à une situation d'arrêt, qui, dans certains cas, a pris des années à éclater ou que nous étions encore en cours de travail.

The inner compass - time for change

Quand quelque chose nous dit qu'il est temps d'un vrai changement et que ces mots commencent à avoir une voix plus forte : « Je ne veux plus être ici », « Je ne veux plus ressentir la colère, la douleur », « Je ne veux plus être une victime, je veux retrouver ma vie », « J'ai besoin de faire quelque chose... » La bonne nouvelle est que les situations Stop n'ont pas besoin d'être permanentes : nous avons discuté dans les salles de discussion du fait que, bien que certains de nos schémas de pensée programmés puissent garder une personne enfermée, nous avons également la capacité de changer de direction. Nous le reconnaissons lorsque nous constatons que certaines pensées surgissent : « assez c'est assez », « je ne veux plus être ici », « je ne veux plus ressentir la colère, la douleur », « je ne veux plus être une victime, je veux retrouver ma vie », « j'ai besoin de faire quelque chose... » La question se pose alors :


Est-ce que je veux que ma vie ait un sens au-delà de cela ?

Le fait est que nous ne sommes pas une chose ! Il existe différentes plates-formes de prise de conscience et de perception en nous dans lesquelles nous vivons, mais que nous pouvons également développer tout au long de notre vie : La première plate-forme : notre corps, leurs prédispositions génétiques, le genre que nous avons et la chimie qui y est associée, la programmation de la société, la tradition, nos parents, nos enseignants, nos amis - dominent ensemble nos premières réactions et vulnérabilités : avec tout ce que nous rencontrons et faisons face.

Une personne autodidacte - luttant pour le changement en soi par son propre choix et son désir de croissance et d'amélioration, pour elle-même et pour ses proches. La deuxième plate-forme : autodidacte, alors que nous apprenons à savoir ce que nous voulons, et que nous nous refaites pour devenir ce que cela implique. La troisième plate-forme de prise de conscience, plus difficile à atteindre mais dans les limites de la possibilité de tous, est recueillie à partir de notre désir naturel de but et de sens, ce qui fait une différence ; caractérisée par la perspicacité, la sagesse, une vision à long terme, le raffinement. Cette première expérience avec les trois plates-formes n'a pas été académique ou intellectuelle, elle a été chaleureusement accueillie, avec enthousiasme et curiosité ; ce qui a conduit tous ceux qui y ont assisté à assumer la tâche personnelle dans les prochaines semaines, à étudier le rôle des trois plates-formes dans leur vie et leur société ; un tournant pour la réflexion à l'intérieur, peut-être Tous ces éléments seront utilisés lors du prochain atelier sur le genre - Partie 2.

6 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page