[ilc-slider]

Défendre la lutte contre la violence homme/femme

Objectifs du projet et  UN Millenium Goal 3

Pour ce projet à long terme, notre objectif est de travailler initialement avec des ONG dans la région des Grands Lacs de l’Afrique pour développer les ingrédients qui soutiennent une nouvelle vision de ce que signifie être un homme ou une femme, et repenser le partenariat entre hommes et femmes sur d’autres bases. Un partenariat basé sur la force, la richesse et la noblesse inhérentes aux deux genres, où il n’y a pas de place pour la violence entre les sexes.

Il n’est donc pas question d’assaillir des communautés / groupes avec des faits et des chiffres sir les avantages de l’égalité entre les sexes ; le challenge est d’aider les hommes et les femmes à faire évoluer leurs perceptions, apprécier les deux genres équitablement et réaliser que la compréhension et le partenariat entre hommes et femmes sont beaucoup plus satisfaisants et enrichissants que l’ignorance ou la brutalité.

Le projet prévoit donc une approche éducative et pratique (destinée aux hommes et aux femmes) pour:

  • encourager les valeurs et le respect d’un genre envers l’autre,
  • s’attaquer aux préjugés profondément enracinés dans communautés / groupes qui apparaissent partout où l’on trouve des abus d’un sexe envers l’autre, des inégalités entre les sexes et des conflits armés.

Notre stratégie s’est révélée être efficace. Elle implique de (i) rechercher des remèdes plutôt que de diluer les efforts dans des blâmes (ii) préparer les hommes et les femmes à réfléchir à ces questions, (iii) montrer comment la communauté peut effectuer une évolution positive, sans frais et (iv) inclure les hommes dans le remède/la réparation.

 

Les résultats sont tangibles: En 2006, des ONG à Kisii dans l’ouest du Kenya ont mené un programme avec l’assistance de Feminenza dans des villages pour encourager les hommes à examiner l’ensemble des tâches entreprises dans les activités quotidiennes de leurs villages et identifier (pour chaque tâche) si c’était des hommes ou des femmes qui avaient été historiquement chargés d’entreprendre ces tâches. À la fin du processus les hommes se sont rendus compte que les femmes portaient un fardeau bien plus lourd. Ils ont répondu en acceptant de s’occuper plus de l’agriculture et de prendre au sérieux pour la première fois la nécessité d’un puits dans le village, pour alléger la charge des femmes. Il y a eut une réduction directe de viol, violence domestique, consommation excessive d’alcool et délinquance juvénile suite à ces sessions.

C’est possible !